Le pape et Cristina Kirchner

140317_po0jm_rci-pape-cristin kirchner_mariage_gay-e7cb9 les_copains_pour_la_vie-f3828 lavepied_pape-814fb jorge_vs_cristina-0115a

Le Pape et Cristina Kirchner , amis ou adversaires ?

 
Jorge Bergoglio, soit l’actuel pape Francois et la présidente Cristina Kirchner  entretiennent une relation complexe ; divisés par plusieurs positions politiques/religieuses opposées, unis par leur amour pour la même patrie.
 
Le Pape Francisco ou Jorge Bergoglio pour les amis :
D’ascendance italienne, né le 17 décembre 1936 à Buenos Aires, Jorge Bergoglio a travaillé brièvement en tant que technicien en chimie, avant de se joindre à la compagnie de Jésus, soit les jésuites. Après être nommé prêtre en 1969, Jorge Bergoglio vécut à Cordoba (Argentine), en Allemagne, et enfin à Buenos Aires, ville où il fut nommé Cardinal  le 21 février 2001 par le pape Jean Paul II.
C’est enfin le 13 mars 2013  que Jorge Bergoglio fut élu Pape sous le nom de François, il sera le premier pape d’origine sudaméricaine, ainsi que le premier issu de la compagnie de Jésus.
 
Jorge en tant qu’étudiant en 1948, deuxième à gauche de la statue
 
Un pape moderne et proche du peuple ?
Pour s’approcher des jeunes croyants, François a un compte sur Twitter d’où il publie régulièrement des « tweets » spirituels en rapport avec l’actualité, mais notre pape actuel ne se distingue pas uniquement par sa présence sur les réseaux sociaux.
Fort d’une vision réformiste, le Pape François accuse l’Église catholique de « narcissisme théologique », et l’appelle à s’ouvrir davantage à son entourage afin de devenir une institution actrice dans la société.
Le nom de François vient d’ailleurs de Saint François d’Assise, gardien des pauvres.
 C’est dans cette perspective que François s’approche le plus possible des pauvres et lutte contre l’exclusion sociale.
 Lors du jeudi saint le 28 mars 2013, le Pape François lave les pieds de détenus mineurs dans le centre de détention Casal del Marmo à Rome. Lorsqu’on le questionne sur ses actes, François dit simplement « Je le fais avec amour, pour moi qui suis évêque et prêtre, c’est un devoir ».
 
La présidente péroniste, Cristina Kirchner
Cristina Fernandez de Kirchner, née le 19 février à La Plata (Argentine) est l’actuelle présidente de l’Argentine, élue pour un second mandat en octobre 2011.
 Elle est le chef du parti judicialiste, soit un parti péroniste, suivant l’idéologie de l’ancien président Juan Domingo Perón des années 1950.
 
Une militante pour les droits de l’homme ?
Bien que souvent critiquée pour sa politique économique, qui serait la cause de l’actuelle inflation, ou encore pour ses proches relations avec l’ex-président du Venezuela, Cristina s’est à de nombreuses reprises, affichée comme militante pour les droits de l’homme.
 Cette démarche se manifeste surtout par ses réformes en faveur de la liberté d’expression, l’aide envers les mères et grands-mères de la Place de Mai, et le mariage homosexuel.
 En signant le décret du 15 juillet 2010, Cristina fait de l’Argentine le premier pays de l’Amérique latine à autoriser le mariage entre deux personnes du même sexe.
 
Alors que tous deux préconisent la protection des droits de l’homme, il y a aujourd’hui un profond désaccord entre l’Église et l’État, notamment autour du droit au mariage homosexuel.
 
Réaction de Jorge Bergoglio sur le mariage gay
Encore cardinal en 2010, Jorge appelle au respect des homosexuels : « Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste »
Pourtant, le cardinal se montra radicalement opposé au projet de loi de Kirchner qui était d’autoriser le mariage gay, ce que Jorge décrit dans une lettre comme « le dessein du Démon, responsable du péché en ce monde, qui cherche sournoisement à détruire l’image de Dieu : un homme, une femme, qui reçoivent le mandat de croître, de se multiplier, et de dominer la terre »
 
Réaction de Cristina sur le mariage gay
Cristina, que certains appellent « la poupée indomptable », considère quant à elle que les termes de « guerre de Dieu  » et «  projets de démon » renvoient à l’époque des temps médiévaux et de l’inquisition, alors que l’Église devrait au contraire, se montrer militante pour la tolérance et l’égalité des hommes.
 
Malgré tout,Cristina Kirchner et Le Pape François se réunissent à table comme des anciens amis !
En dépit de leurs désaccords et de plusieurs affrontements au cours de ces dernières années, François et Cristina font preuve d’un profond respect mutuel qu’ils manifestent librement lors de leur rencontre lundi dernier.
 
Ce qui les unit ?
Le Pape et Cristina partagent de nombreux points de vue idéologiques et politiques. Le parti de Cristina, certes, est péroniste, mais Jorge a, lui aussi, longtemps été membre de l’organisation péroniste OUTG (Organisation unique du transfert générationnel).
 Mais le facteur majeur de leur entente est sans doute fondé sur un amour commun pour leur patrie, ainsi que la belle culture argentine.
 En effet, Le Pape François semble émerveillé par les petits cadeaux qui lui rappellent son pays, tel que le fameux maté, une boisson chaude à base d’herbes locales, ou encore un tableau peint à partir du célèbre vin de Mendoza. Le Pape quant à lui, lui a offert une jolie plaque de Saint Pierre.
 
Cette rencontre pourrait très bien refléter les valeurs de la culture argentine, notamment celles de l’accueil  et du partage, valeurs que chaque voyageur reconnaîtra dès les premières rencontres avec le peuple argentin.