Epaves d un navire retrouvées a Valparaiso

foto_0000000120140402202414-3 foto_0000000220140402202414-0 foto_0000000320140402202414-f foto_0000001620140402202414-f foto_0000001720140402202414-9

 

El Infatigable


En 2010, TPS (Terminal Pacifico Sur Valparaíso) charge des archéologues de faire des recherches dans la baie de Valparaiso en vue de travaux d’agrandissement du port de Valparaíso.
 
Et c’est ainsi qu’ont été (re)découverts les restes du navire El Infatigable  (l’Infatigable), qui a fait naufrage en 1855 dans la baie de Valparaíso, à aujourd’hui une quarantaine de mètres des côtes et 17 mètres de profondeur.
 
L’Infatigable a été l’un des premiers navires de l’Armada de Chile (l’armée du Chili), pays qui venait tout juste d’accéder à son indépendance (dans les années 1810). Son rôle principal a été d’approvisionner le sud du Chili, de l’Araucanie jusqu’à la Patagonie, et également de renforcer l’influence du pouvoir central, à une époque oú les trains et les chemins de fer n’existaient pas encore dans le pays le plus long du monde.
 
Après ce premier aperçu, les archéologues experts d’Arka, organisation qui a contribué à récupérer les restes de l’Esmeralda dans la baie d’Iquique il y a quelques années, ont voulu en savoir plus.
 Ils se sont donc mis au travail, en relevant le double défi patrimonial et environnemental que pose la localisation particulière du bateau, au coeur de la baie de l’unique ville Patrimoine Mondial de l’Humanité.
 
Leurs trouvailles ont mis en évidence la forte présence britannique dans le port de Valparaíso, son aspect cosmopolite et ses relations étroites avec l’histoire de l’Europe et de l’Amérique du Nord à cette époque-là, quelques 60 ans avant la construction du canal de Panama.
 
TPS, pour éviter que ce navire ne (re)tombe dans l’oubli, a commandité un documentaire en début d’année, documentaire qui retrace tout le processus, de la première découverte de l’Infatigable dans la baie de Valparaíso, à la préservation des différentes pièces trouvées au fond de l’eau. Ces pièces, poivrière, bouteilles d’alcool, roue de canon, ou encore sabres, nous en apprennent beaucoup sur l’armée chilienne et sur la vie quotidienne à bord des bateaux.
 
Parce qu’il y a eu plus de 100 naufrages comptabilisés dans la baie de Valparaíso, cette première aventure historique et archéologique devrait ouvrir la voie à d’autres découvertes intéressantes.